Actualités - Confidences
 
 
4 Octobre 2004 - La société de Viticulture du Jura nous envoie la répression des fraudes pour le "Spirale"
 

A priori, nous sommes 2 vignerons dans le Jura à faire sécher nos raisins sur de la paille, à l'ancienne, les autres n'en utilisent plus ou presque plus. Le choix fait sur le Domaine est de presser les raisins très tard afin d'obtenir un vin très concentré, plus de sucre avec moins d'alcool car les levures sont bloquées par l'excès de sucre. Ainsi nous sortons de la voie tracée par la profession et gérée par l'INAO, car cette loi oblige le vin de  Paille a avoir 14°5 minimum.

En 1997 pour le premier "Spirale", nous avons expliqué sur notre contre-étiquette notre travail et pourquoi le vin n'avait plus d'appellation. Nous sommes allés voir les Douanes pour pouvoir le vendre. Tout allait bien et le "Spirale" connût et connait encore un très beau succès.

Par contre, nous avons commis trois erreurs:

-La première réelle, c'est de l'avoir embouteillé en 1/2 Jura car nous sommes un peu fiers de notre région,

-La deuxième c'est de l'avoir appelé "Spirale" passerille sur paille ce qui a déplu aux collègues qui gèrent la Société de Viticulture car, attention !, ce n'est pas un vin de Paille AOC et on n'a pas le droit d'utiliser le mot: paille.

-La troisième, c'est de l'avoir fait "bon" car ce qui a le plus agacé les collègues c'est qu'un journaliste ai dit sur ce vin que c'était le meilleur vin de paille qu'il avait gouté et là, ça, ils n'ont pas du tout aimé !. 

Ci-joint, la lettre de "mise sous scellées" de notre "Spirale" et de notre étiquette frauduleuse. Pardon à Monsieur Tesson qui était aussi embêté que moi le 4 octobre .

La vie est belle ! 

 

Procès-verbal de déclaration : cliquez ici




© Bénédicte et Stéphane Tissot 2006-2017 • Tous droits réservés